linux« Un attaquant local peut provoquer une corruption de mémoire via recvmmsg(), afin de mener un déni de service sur le noyau Linux, et éventuellement d’exécuter du code. »

Source: globalsecuritymag.fr

Partagez cet article sur les réseaux sociaux