Liberté, égalité et fraternité ne sont, à vrai dire, pas la tasse de thé de ce bon vieil

Oncle Sam. Voir en GNU/Linux un retour en force des idées collectivistes pour

expliquer l’ire de l’Amérique profonde à son idée : du délire ? Pour l’éditorialiste, le mouvement GNU/Linux ne serait donc qu’une organisation

néo-communiste dans l’âme, et cela suffirait à expliquer l’idée que le libre vient

corrompre en toute impunité l’esprit traditionnel de l’entreprise américaine.


Article (Journal du Libre)

Partagez cet article sur les réseaux sociaux